L’AEPHE dans La Dépêche du Midi !

     
Partagez notre combat
,

Ces Tarnais ont décidé de se battre pour sauver l’heure d’été

« Les Français et les Européens préfèrent l’heure d’été, faisons-le savoir ». C’est avec ce leitmotiv qu’Olivier Fabre, le maire de Mazamet, et Paul-Frédéric Casset, chroniqueur météo sur la radio 100 % et fondateur du site internet Météo81.fr, ont créé l’association européenne pour l’heure d’été. Un mouvement qui veut contrebalancer ceux qui sont contre ce changement d’heure, qui interviendra ce week-end, comme chaque fin mars depuis 1976.

Ils seraient « minoritaires mais bruyants », selon Olivier Fabre qui a pris ce combat à bras-le-corps avec Paul-Frédéric Casset suite à une résolution prise en février dernier par la Commission européenne de « lancer une évaluation complète » du système actuel et, si nécessaire, de « présenter une proposition pour la réviser ».

Une aberration qui va à l’encontre de la volonté des Français

« Sous couvert d’une hostilité au changement d’heure, l’idée sous-jacente d’une minorité agissante est de rester en permanence à l’heure d’hiver », affirme Olivier Fabre qui dénonce une « aberration qui va à l’encontre de la volonté des Français et de l’immense majorité des Européens qui préfèrent l’heure d’été à l’heure d’hiver selon toutes les études menées depuis 20 ans ». Et les sud Tarnais veulent avec cette association fédérer un maximum de monde pour le faire savoir à la commission européenne. Courriers, pétitions et communication sur les réseaux sociaux sont prévus (voir encadré ci-dessous) pour faire valoir « les bienfaits et le plaisir de l’heure d’été ». Car pour eux, le système actuel est « le meilleur équilibre puisqu’il correspond à une exposition à la lumière en rapport avec l’activité humaine ».

« Si on restait à l’heure d’hiver, aux beaux jours il ferait jour en plein milieu de la nuit à 4 h 40 du matin alors que nos soirées seraient sombres très tôt, a calculé Paul-Frédéric Casset. Fini les belles soirées lumineuses entre amis. Il ferait nuit noire à 20 heures au mois d’août. Et cela serait bien pire pour nos amis des pays plus à l’est de l’Europe qui verrait le soleil se lever à 3 h 50 du matin en été ».

De nombreux arguments

Mais en dehors de l’impact négatif sur le moral, les deux hommes rappellent d’abord que cette mesure avait été instaurée en 1976 pour faire des économies d’énergie. Et que cet enjeu est encore plus grand aujourd’hui. Mais ce n’est pas tout. « La suppression de l’heure d’été serait totalement inadaptée au rythme de vie de l’immense majorité des Français », indique Olivier Fabre.

« Cela priverait ceux qui travaillent et qui rentrent tard chez eux du plaisir de profiter de quelques rayons de soleil et cela engendrait des réveils précoces », indique Paul-Frédéric Cassset. « Et pour autant les bureaux et les écoles n’ouvriront pas à 6 heures du matin et ne fermeront pas plus tôt non plus ! », ajoute Olivier Fabre.

Les deux hommes avancent aussi des raisons de sécurité pour garder l’heure d’été. « La nuit tomberait plus tôt et engendrerait de nombreux accidents », indiquent-ils affirmant aussi que « la délinquance est accrue et plus précoce à la nuit tombée ». L’heure d’été serait aussi « un atout pour le tourisme et un facteur de croissance économique, de fréquentation des cafés et restaurants… ».

Un décalage sans réel impact

Pour eux, le décalage d’une heure qui impacterait la santé est « largement surestimé » alors « que chaque week-end tout le monde se décale d’une heure voire plus dans son rythme de vie sans que cela n’émeuve personne ».

« L’exposition à la lumière est optimisée avec l’heure d’été, avec un effet bénéfique majeur », affirment-ils au contraire allant même jusqu’à affirmer que « l’heure d’été favorise l’activité physique extérieure des enfants le soir, alors qu’en hiver les enfants bougent moins et restent devant leurs écrans ».

« Le mode de vie de 2018 en France n’est tout simplement plus compatible avec un retour à l’heure d’hiver permanente, indiquent les deux fondateurs de cette association. Et si toutefois il fallait choisir, il vaudrait mieux conserver l’heure d’été ».


Une pétition en ligne

Olivier Fabre a envoyé des courriers à de nombreux parlementaires de la région pour les sensibiliser à ce sujet. Une pétition est en ligne depuis ce mardi.

Une page Facebook a également été créée ainsi que des visuels qui rappellent les bienfaits de l’heure d’été. « On espère fédérer des dizaines de milliers d’adhérents », continue Olivier Fabre qui a déjà trouvé des relais dans certains pays européens.

 

Laissez un commentaire